Rechercher
  • Claire Maiore

Pourquoi et quand consulter ?


1- La petite enfance (0 - 4 ans) Pendant la petite enfance, les différentes situations pouvant motiver une consultation psychologique se centre surtout autour des manifestations somatiques et comportementales tels qu'un rapport à l'alimentation particuliers, des difficultés a s'endormir ou un sommeil perturbé, des difficultés dans la séparation, une propreté non acquise ou perdue, des difficultés dans la gestion des émotions etc. ​ Chez le nourrisson si vous constatez : un évitement du regard, une absence de babillages, une indifférence aux sollicitations extérieures, une trop grande passivité il est important de venir consulter et d'en parler à votre médecin. 2- L'enfance (4 - 12 ans) Différents exemples pouvant motiver une consultation psychologique: Retard et difficulté dans le développement du langage (inhibition, dysphasie, dyslexie, difficulté dans l'expression ou l'élaboration de la pensée...), dépression, agitation motrice, difficultés dans les apprentissages, timidité pathologique, propreté non acquise ou perdue, agressivité, comportements inadaptés, conflits permanents dans la famille ou à l'extérieur de celle-ci, phobies, troubles du sommeil, difficulté à créer ou maintenir des liens avec ses pairs, orientation dans l'espace et le temps non acquis... 3- L'adolescence L'adolescence est une période de la vie pouvant mettre à mal le climat familial et l'entourage de l'adolescent. Il est alors possible de constater des changements dans l'attitudes de son enfant tels que qu'une tendance à l'enferment (replis sur soi), opposition et agressivité, l'apparition de conduites à risques (vols, fugues, conduites addictives, utilisation de psychotropes...), un désintérêt vis a vis du groupe de copains ou au contraire sur-investissement au détriment de tout le reste, une baisse importante des résultats scolaires, perte d'appétit ou boulimie, gestion des émotions difficiles... ​


Claire Maiore, Psychologue du développement spécialisée en neuropsychopathologie et troubles neuro-développementaux

59 vues0 commentaire